Les Masques

22/09/2021

18/09/2021

« Qu’on foute la paix aux ados et aux enfants » : Marie-Estelle Dupont ce matin sur CNews

09/09/2021

07/09/2021

Cliquer ici

08/08/2021

05/07/2021

28/06/2021

27/06/2021

24/06/2021

22/06/2021

19/06/2021

17/06/2021

16/06/2021

15/06/2021

14/06/2021

12/06/2021

08/06/2021

07/06/2021

Cliquer ici pour lire l’article en entier

05/06/2021

03/06/2021

Le ministère de la Santé rappelle 17 millions de masques FFP2

02/06/2021

23/05/2021

22/05/2021

Cliquer ici pour lire l’article en entier

11/05/2021

10/05/2021

09/05/2021

07/05/2021

05/05/2021

Cliquer ici pour lire l’article en entier

04/05/2021

03/05/2021

Cliquer ici pour lire l’article en entier

30/04/2021

26/04/2021

Par Rodolphe Bacquet

(…)Presque un an après – le premier pays européen à l’avoir imposé est l’Autriche, le 6 avril 2020 – nous disposons enfin d’un recul sur l’effet réel de cette mesure.(…)

Des courbes accablantes

Voici ce que montrent les graphiques qui associent l’évolution du nombre d’infections au Covid et l’introduction de l’obligation du port du masque[1].

Ces graphiques existent pour la plupart des pays d’Europe.

Ici je vais m’en tenir à la France et à ses voisins.

Les données viennent du très sérieux Our world in data et sont consultables librement. Vous trouverez, en source de ma lettre sur mon site, l’entrée pour « France » – mais vous pouvez effectuer la même opération pour n’importe quel autre pays[2].

En France, le masque est devenu obligatoire en mai 2020. Après une accalmie des infections en été, celles-ci sont reparties à la hausse dès la mi-août, avec la flambée que l’on connaît en septembre-octobre.

Cliquer ici pour lire l’article en entier

21/04/2021

Cliquer ci pour lire l’article en entier

18/04/2021

17/04/2021

16/04/2021

15/04/2021

Cliquer ici pour lire l’article en entier

13/04/2021

Le 8 avril 2021, le tribunal des affaires familiales de Weimar a décidé, dans le cadre d’une procédure en référé (réf. : 9 F 148/21), l’interdiction à deux écoles de Weimar, avec effet immédiat, d’exiger des élèves le port de couvre-bouche ou de nez de quelque nature que ce soit (en particulier les masques qualifiés tels que les masques FFP2), de respecter les distances minimales de l’AHA et/ou de participer aux tests rapides SARS-CoV-2. Dans le même temps, la Cour a déterminé que l’enseignement en classe devait être maintenu (texte intégral de l’arrêt comprenant trois avis d’experts).

Pour la première fois, des preuves ont été présentées devant un tribunal allemand concernant le caractère scientifiquement « raisonnable » et la nécessité des mesures anti-Corona prescrites. Les témoins experts étaient l’hygiéniste Prof. Dr. med Ines Kappstein, le psychologue Prof. Dr. Christof Kuhbandner et le biologiste Prof. Dr. rer. biol. hum. Ulrike Kämmerer ont été entendus.

La procédure judiciaire est une procédure dite de protection de l’enfance en vertu de l’article 1666, paragraphes 1 et 4, du code civil allemand (BGB), qu’une mère avait engagée pour ses deux fils, âgés respectivement de 14 et 8 ans, auprès du tribunal local – tribunal de la famille. Elle a fait valoir que ses enfants subissaient un préjudice physique, psychologique et éducatif, sans que cela soit contrebalancé par un quelconque avantage pour les enfants ou les tiers. Cela violerait en même temps de nombreux droits des enfants et de leurs parents en vertu de la loi, de la constitution et des conventions internationales.

La procédure prévue à l’article 1666 du code civil peut être engagée d’office sur proposition de toute personne ou sans proposition si le tribunal estime que l’intervention est nécessaire pour des raisons de bien-être de l’enfant, article 1697a du code civil.

Cliquer ici pour voir l’article en entier

07/04/2021

Ne passez pas devant ce témoignage sans le partager s’il vous plait.
🔴🔴🔴 Une petite fille en 6éme vous parle de ses problèmes.
Elle souffre énormément de la discrimination mise en place par les mesures dites « sanitaires ». Hier, elle est rentrée en larme du collège, elle a voulu s’exprimer, nous diffusons sa parole.

29/03/2021

Les tests positifs du COVID-19 continuent de diminuer au Texas plus de deux semaines après que le gouverneur de l’État Greg Abbott y ait mis fin à toutes les restrictions, y compris le mandat du masque à l’échelle de l’État.

Abbott a annoncé ces mesures plus tôt ce mois-ci, levant toutes les limites de capacité dans les entreprises à l’échelle de l’État et abrogeant le mandat de masque de l’État.

Le gouverneur a déclaré que les abrogations étaient un effort pour « rétablir les moyens de subsistance et la normalité » pour les résidents de l’État.

Le tableau de bord covid-19 de l’État montre que les cas dans l’État ont continué la baisse qu’ils étaient déjà sur au moment de l’annonce d’Abbot. Cette semaine, l’État enregistrait des nombres de cas jamais vus depuis l’été dernier.

La baisse de la charge de travail au Texas a suivi une tendance générale à l’échelle nationale à la baisse du nombre de cas, bien que cette baisse ait plafonné ces derniers jours.

Bas les Masques – Tout savoir sur les conséquences du masque obligatoire à l’école

28/03/2021

Enfin un maire intelligent qui pense seul et qui n’est pas terrorisé par la propagande médiatique folle.


ÀParis, Marseille, Saint-Etienne, Lyon, Bordeaux… Les habitants de ces grandes villes ont pris l’habitude de porter le masque dans l’espace public où le non-respect de cette consigne peut leur coûter 135 euros.

Mais pas à Limoges, préfecture de la Haute-Vienne, qui compte près de 132 000 habitants.

Le maire LR de la ville, Émile Roger Lombertie, a fait le choix de ne pas le rendre obligatoire dans les rues de la ville, en dehors des lieux de rassemblement denses. Pour obtenir l’adhésion des habitants, l’élu a misé sur une démarche d’information et de consentement, sans doute inspiré par son passé de médecin, ancien psychiatre et chef de pôle à l’hôpital de Limoges-Esquirol.

« LE QUOTIDIEN » – Pourquoi n’avez-vous pas pris d’arrêté pour rendre obligatoire le port du masque comme l’ont fait de nombreux maires de grandes villes ?

Cliquer ici pour lire l’article en entier

25/03/2021

23/03/2021

Le chef de service de l’Éducation Nationale a annoncé que les élèves de primaires n’auront plus besoin de porter le masque à l’école, lors d’une réunion avec l’association des parents d’élèves et des membres du collectif des parents d’élèves.MH • Publié le 18 mars 2021 à 16h50, mis à jour le 18 mars 2021 à 17h58

Une réunion a eu lieu ce jeudi 18 mars au service de l’Éducation Nationale à Saint-Pierre. L’association des parents d’élèves, des membres miquelonnais du collectif des parents d’élèves et le chef de service de l’Éducation Nationale Jean-Pierre Tégon étaient réunis pour discuter du port du masque à l’école par les élèves de primaire.
  

Soulagement pour l’association des parents d’élèves

Jean-Pierre Tégon a annoncé que les élèves de primaire n’auraient plus besoin de porter le masque à l’école. Cette proposition a au préalable été émise par le préfet et a été validée par la rectrice de l’académie de Normandie.

L’association des parents d’élèves est soulagée par cette annonce. C’était l’une de leurs revendications principales. Ils vont cependant continuer de faire valoir leurs revendications pour le second degré. 

Cliquer ici pour lire la suite de l’article

22/03/2021

Cliquer ici pour lire l’article en entier

21/03/2021

Isabelle Filliozat, psychothérapeute et spécialiste de la petite enfance, est l’invitée de Sébastien Krebs. Ensemble, ils évoquent les difficultés de développement des enfants en bas âge face au port du masque.

témoignage a écouter ci desosus

14/03/2021

Au Québec, des parents d’élèves se rebiffent contre le port du masque obligatoire pour leurs enfants

Depuis le 8 mars au Québec, des parents refusent d’envoyer leurs enfants à l’école pour protester contre le port du masque obligatoire pour les mineurs âgés de 6 à 12 ans. En France, des familles ont saisi le Conseil d’Etat sur cette question.

Au Québec, depuis le 8 mars, des parents d’élèves protestent ouvertement contre le port du masque chez les élèves du primaire (enfants âgés de 6 à 12 ans) en refusant d’envoyer leurs enfants à l’école. A l’origine de cette mobilisation : le Collectif-Parents Québec qui regroupe environ 2 500 parents d’élèves et qui a lancé le mouvement «Après la relâche, je garde mon enfant à la maison». 

Réagissant le 9 mars sur cette décision de ne pas envoyer leurs enfants à l’école, le Premier ministre du Québec, François Legault, a déclaré qu’il trouvait ça «tellement triste» que des parents d’élèves puissent priver leurs enfants d’aller à l’école parce que des parents ne sont pas d’accord avec «les mesures de santé publique».

Interrogée le 10 mars par le Journal de Québec, l’une des fondatrices de l’organisation parentale, Pascale Montesano, a expliqué que «plusieurs de nos membres vont rester en grève jusqu’à la fin de la semaine, mais il y en a d’autres qui ont déjà entrepris les démarches pour faire de l’école à la maison».

Le collectif ne «comprend pas» pourquoi le Premier ministre ne répond pas sur les mesures alternatives jugées moins néfastes sur la santé des jeunes comme l’installation de purificateurs d’air, l’installation de capteurs de CO2 ou encore la possibilité de faire des demi-classes ou des cours en ligne. Dans son intervention, Pascale Montesano précise également qu’en Grande-Bretagne, pays du variant britannique, le port du masque dans les écoles primaires n’est pas obligatoire.

«On aimerait bien savoir où sont les études qui prouvent que le port du masque ne serait pas nuisible chez les enfants, que ça ne va pas causer des problèmes sur leur santé physique, mentale, ou leur apprentissage», plaide-t-elle en citant l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui explique dans un document que «l’intérêt supérieur de l’enfant, sa santé et son bien doivent être au cœur des préoccupations».

Sur internet, des parents d’élèves publient les tests d’oxygénation de leurs enfants 

En France, le 13 mars 2021, des parents ont manifesté pour protester contre le port du masque obligatoire à l’école pour les enfants âgés de 6 à 11 ans. Deux collectifs (Les Parents atterrés et Enfance et libertés) ont décidé de déposer un recours en référé devant le Conseil d’Etat contre le port du masque obligatoire pour les enfants de 6 à 11 ans. Ce recours prend notamment appui, selon ces associations, sur «des déclarations de spécialistes faisant autorité dans le domaine scientifique et allant dans le sens des requérants».

Un autre phénomène de contestation du port du masque à l’école est apparu sur la toile ces dernières semaines avec la publication, par des parents d’élèves inquiets, des tests d’oxygénation de leurs enfants via un appareil électronique (un oxymètre) qui mesure la saturation en oxygène dans le sang. Les parents qui publient ces résultats s’alarment d’une chute drastique du taux d’oxygénation du sang de leurs enfants. C’est notamment le cas de l’économiste Philippe Murer, qui s’est étonné le 9 mars sur Twitter, ce qu’il pense être une chute importante de l’oxygénation du sang de sa fille après 3 heures de port du masque. Une méthode de contrôle de l’oxygénation du sang qui semble toutefois perfectible lorsqu’elle est mal utilisée.  

13/03/2021

Recours devant le Conseil d’Etat et manifestation contre le masque obligatoire pour les enfants 12 mars 2021, 22:18 © Fred SCHEIBER Source: AFP Manifestation contre le port du masque obligatoire à l’école, le 7 novembre 2020 à Toulouse (image d’illustration). Le 13 mars 2021, des parents manifesteront pour protester contre le port du masque obligatoire à l’école pour les enfants âgés de 6 à 11 ans. Certains d’entre eux ont également déposé un recours devant le Conseil d’Etat. Selon les informations du Figaro, un recours en référé a été déposé devant le Conseil d’Etat par plus de 400 familles contre le port du masque obligatoire à l’école pour les enfants de 6 à 11 ans. Cette mesure est effective depuis le 2 novembre 2020.  Lire aussi Ni masques, ni gel pour les avocats : le Conseil d’Etat, «plus un contre-pouvoir» ? Les parents sont réunis dans deux collectifs, Les Parents atterrés et Enfance et libertés. Ce recours, explique le quotidien, prend notamment appui sur «des déclarations de spécialistes faisant autorité dans le domaine scientifique et allant dans le sens des requérants». Les familles entendent d’ailleurs manifester à Paris et dans plusieurs villes françaises le 13 mars. «Cette contrainte constitue une atteinte aux libertés publiques, et dans ce cas le principe de proportionnalité s’applique, lequel entraîne l’obligation de dresser un bilan régulier des avantages et des inconvénients de cette décision. Ce qui n’a jamais été fait», explique Nicolas Landy, à la tête du collectif des Parents atterrés, auprès du Figaro. Le quotidien national rappelle que le Conseil d’Etat avait déjà rejeté en janvier un recours similaire déposé par 183 familles. Nicolas Landy assure cependant au Figaro que «ce recours soumet aux magistrats de nouveaux arguments juridiques [et que] pour la première fois, il attaque le protocole

En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/france/84666-recours-conseil-detat-manifestation-parents-contre-masque-obligatoire-enfants

11/03/2021

Que cela soit à la crèche, avec leurs “nounous” ou assistantes maternelles, les enfants de 0 à 3 ans voient actuellement leurs efforts pour apprendre à parler et à décoder le langage corporel considérablement affectées par la généralisation du port de masques. Des psychologues ont signé lundi une tribune dans le Figaro pour alerter des conséquences du port du masque sur divers aspects du développement des enfants.

L’acquisition du langage et de la sociabilité sont en péril

Des eminences de la neuropsychiatrie comme Boris Cyrulnik , président de la commission pour les « 1 000 premiers jours » , ont signé ce texte qui plaide pour une vaccination prioritaire du personnel de la petite enfance et sur l’instauration de moments sans masque à l’extérieur.
“Priver le bébé de plus de la moitié du visage de son interlocuteur plusieurs heures par jour entraîne un risque d’incompréhension relationnelle”  expliquaient Célia du Peuty, psychologue clinicienne, APHP et Anna Cognet, psychologue clinicienne, enseignante à l’École des Psychologues Praticiens dans une autre tribune publiée en mars 2020 . L’altération de l’identification des émotions, l’insécurité, une entrave dans le développement de la communication orale, ou même une tendance à l’immobilité du visage peuvent être des conséquences liées à ce phénomène.

Cliquer ici pour lire l’article en entier

Quelles alternatives?

09/03/2021

Selon les chiffres du nouveau rapport du CDC, l’obligation du port du masque n’a AUCUN intérêt

Les Centers for Disease Control and Prevention (CDC – Centres de contrôle et de prévention des maladies) ont publié vendredi un rapport dans lequel ils admettent discrètement que l’obligation de port du masque en Amérique, après CENT JOURS, ne permet qu’une diminution de moins de 2 % de l’augmentation des cas de COVID. Mais le CDC conseille toujours de porter des masques, malgré leurs propres chiffres. (LIRE : Le CDC a été pris en train de gonfler les chiffres de décès par COVID d’au moins 1600 % alors que Trump était président).

Le CDC affirme qu’entre le 1er mars et le 31 décembre 2020, l’obligation de port du masque, en vigueur dans la grande majorité des comtés américains, a stoppé les taux de croissance des cas de COVID de 0,5% après 20 jours et de moins de 2% après 100 jours

Entre le 1er mars et le 31 décembre 2020, des obligations de port du masque émises par les États ont été appliquées dans 2 313 (73,6 %) des 3 142 comtés américains. Le port du masque obligatoire a été associé à une diminution de 0,5% (p = 0,02) des taux de croissance quotidiens des cas COVID-19 dans les 1 à 20 jours après la mise en œuvre et à des diminutions respectivement de 1.1%, 1.5%, 1.7% et 1.8% de 21 à 40, 41 à 60, 61 à 80, et 81 à 100 jours après la mise en œuvre (p<0,01 pour tous). L’obligation du port du masque a été associée à une diminution de 0,7% (p = 0,03) des taux de croissance quotidiens des décès par COVID-19 dans les 1 à 20 jours après la mise en œuvre et à des diminutions respectivement de 1.0%, 1.4%, 1.6% et 1.9% dans les 21 à 40, 41 à 60, 61 à 80 et 81 à 100 jours après la mise en œuvre (p<0,01 pour tous). Les taux de croissance quotidiens des cas et des décès avant la mise en œuvre des obligations de port du masque n’étaient pas statistiquement différents de ceux de la période de référence

Cliquer ici pour lire l’article en entier

07/03/2021

Aux USA dans l’Idaho, les gens brûlent les masques ! Quelle belle idée !

TRIBUNE – Je réponds à mes collègues psychologues qui pensent cela et qui publient des articles là dessus. Alors qu’en tant que psychologues vous n’êtes pas censés ignorer que :

L’adaptation chez l’enfant de manière générale et à tout propos, est une illusion : depuis toujours, les enfants donnent l’illusion de s’adapter à ce qu’on leur impose et de répondre parfaitement aux attentes de leur environnement. L’enfant en effet a appris à « obéir » c’est à dire à ne plus exprimer (verbalement du moins) ses propres besoins, ses chagrins, ses souffrances de manière à répondre parfaitement aux attentes des adultes. L’adulte en effet se sent bien souvent gratifié dans son métier de parent lorsqu’on lui renvoie que son enfant est « obéissant ». Pour prendre l’exemple du thème du masque, de nombreux parents semblent assez satisfaits de leur progéniture qui comme ils le clament : « supporte très bien » le masque, qu’il « s’adapte » très bien à la situation. Mais que se cache t-il derrière un enfant obéissant ? Un enfant qui « s’adapte » ? Et pour combien de temps ?

Notre travail de psychologue consiste à recevoir la plainte des parents sur telle manifestation de l’enfant ou tel comportement et de faire du lien entre le symptôme et le contexte qui serait responsable du déclenchement de celui-ci, afin de comprendre les besoins de l’enfants et d’aider les parents à y répondre de manière adaptée. Il est rare que l’enfant identifie clairement ce qui est douloureux ou difficile à vivre dans sa vie. Les symptômes sont un moyen pour l’enfant d’exprimer un mal-être, surtout lorsqu’il ne dispose pas encore du langage ou qu’il a pris l’habitude que ses émotions ne soient pas accueillies. Prenons quelques exemples : Les insomnies, l’encoprésie ou des tempêtes émotionnelles fréquentes à un âge ou cela ne devrait plus avoir lieu d’être, interpellent l’adulte qui prend parfois rendez-vous chez différents spécialistes pour traiter ces problèmes (hypnothérapeute pour le sommeil, gastro-entérologue pour l’encoprésie, coach parental pour les colères) Mais le problème à résoudre se trouve rarement là où il se manifeste.

Pour être plus clair : un enfant peut par exemple ne pas montrer de chagrin lors de la séparation de ses parents mais se met à faire des cauchemars la nuit, un autre semble ne pas se plaindre d’une éducation très rigide voire maltraitante et souffrir par contre d’encoprésie. Un enfant peut s’ennuyer terriblement à l’école sans que personne ne s’en aperçoive et prendre sur lui toute la journée, puis une fois chez lui partir dans des colères terribles difficilement contrôlables. Les enfants qui au contraire se sentent autorisés à exprimer leur mal-être auprès de leur famille, confiants sur le fait que leurs parents feront tout pour s’ajuster au mieux à leurs besoins, manifesteront en retour moins de troubles somatiques.

C’est d’ailleurs le but de la psychothérapie de mettre des mots sur des maux de manière à ce qu’adulte et enfant n’aient plus besoin de passer par le corps pour exprimer un mal-être. Soyons donc tous très vigilants à ces enfants qui sont « sages », qui « obéissent », qui « s’adaptent », ils manifestent leur mal être bien autrement mais les parents n’ont pas les clés pour faire le lien entre un symptôme et une situation anxiogène.

Mais il y a pire que la somatisation, il y a la résignation : pour ceux qui connaissent l’expérience de Seligman, nous savons que ne plus se débattre devant une situation qui semble inextricable n’est pas le signe de l’acceptation mais de « l’impuissance apprise » qui mène à petit feu à la dépression. Porter un masque, ne plus voir les visages est loin d’être anodin, il ne s’agit pas « juste d’un bout de tissu » sur le visage des enfants. Pendant qu’ils essaient de se plonger dans les apprentissages, ce bout de tissu leur rappelle sans cesse que la maladie est présente tout autour d’eux. Alors qu’en réalité les enfants ne sont que rarement malades (données de la société française de pédiatrie) et très peu contagieux. Jusque-là, avant le port du masque, l’école était pour les enfants un lieu symbole de protection (concernant le covid du moins) ou l’enfant pouvait s’épanouir en oubliant la maladie puisque rappelons le encore et encore, ce n’est pas une maladie pédiatrique (un « cas positif » ce n’est pas un malade). L‘enfant est entravé par « ce bout de tissu » dans toutes ses activités du quotidien, quelles soient intellectuelles, sociales ou motrices.

Et un visage c’est important non ?

Pour ceux qui sont en souffrance : vous trouverez du soutien au sein du collectif « Enfance & Libertés ».

FranceSoir

Un chirurgien en février

06/03/2021 Au Texas, le gouverneur lève l’obligation de port du masque et rouvre les commerces

Une décision hautement politique en pleine crise sanitaire. Mardi, le gouverneur républicain du Texas Greg Abbott a annoncé la fin de l’obligation de port du masque et la réouverture de tous les commerces, à 100% de leur capacité, malgré la pandémie de Covid-19, à partir du 10 mars. «Trop de Texans ont été privés de la possibilité de travailler. Trop de propriétaires de petites entreprises luttent pour payer leurs factures. Cela doit prendre fin. Il est temps de rouvrir le Texas à 100%», a-t-il assuré, alors que l’État a déploré plus de 200 morts par jour sur toute la semaine dernière. «Mettre fin aux obligations ne fait pas disparaître la responsabilité personnelle ou l’importance de prendre soin de vos familles, de vos amis et des membres de votre communauté. La vigilance personnelle doit suivre les mêmes standards pour contenir le Covid. C’est juste que les mandats d’État ne sont plus nécessaires pour rester en sécurité», a-t-il poursuivi, fidèle aux conceptions des républicains de liberté personnelle au dépend de mesures législatives. Le virus a fait plus de 40 000 victimes au Texas depuis le début de la pandémie, rappelle le «Texas Tribune».

Cliquer ici pour lire l’article en entier

26/01/2021

Le gouvernement belge dit à sa population de ne plus utiliser les masques toxiques qu’il lui a fournis mais ne présente même pas d’excuses

Médias Presse Info vous avait signalé comment le gouvernement belge a fourni à sa population des masques toxiques achetés avec l’argent des contribuables auprès de la société luxembourgeoise Avrox.

Devant l’évident scandale, le ministère de la Santé, le socialiste flamand Frank Vandenbroucke, demande à la population de ne plus les porter.

Selon un rapport interne fourni au gouvernement et qui a fort heureusement fuité, le tissu avec lequel les masques fournis par le gouvernement sont fabriqués contient des nanoparticules d’argent et de dioxyde de titane nocifs pour les voies respiratoires lorsqu’elles sont inhalées.

Le gouvernement belge avait commandé 15 millions de ces masques via un contrat également controversé. Une enquête est en cours sur les conditions d’attribution à la société luxembourgeoise Avrox de ce marché public portant sur l’achat de ces millions de masques en tissu lavable.

Par contre, le gouvernement belge n’a présenté aucune excuse ni assumé le moins du monde sa responsabilité.

25/02/2021

21/02/2021

20/02/2021

Lorsque ses collègues danois ont suggéré pour la première fois de distribuer des masques de protection en tissu aux habitants de Guinée-Bissau pour endiguer la propagation du coronavirus, Christine Benn n’en était pas si sûre.

J’ai dit : « Oui, c’est peut-être bien, mais il y a peu de données sur l’efficacité des masques », explique M. Benn, chercheur en santé mondiale à l’université du Danemark du Sud à Copenhague, qui, depuis des décennies, codirige des campagnes de santé publique dans ce pays d’Afrique de l’Ouest, l’un des plus pauvres du monde.

C’était en mars. Mais en juillet, Mme Benn et son équipe avaient trouvé le moyen de fournir les données nécessaires sur les masques et, espérons-le, d’aider les habitants de Guinée-Bissau. Ils ont distribué des milliers de masques en tissu fabriqués localement dans le cadre d’un essai contrôlé randomisé qui pourrait être le plus grand test au monde de l’efficacité des masques contre la propagation de COVID-19.

Les masques faciaux sont le symbole omniprésent d’une pandémie qui a rendu malades 35 millions de personnes et en a tué plus d’un million. Dans les hôpitaux et autres établissements de santé, l’utilisation de masques de qualité médicale réduit clairement la transmission du virus du SRAS-CoV-2. Mais pour la variété des masques utilisés par le public, les données sont désordonnées, disparates et souvent rassemblées à la hâte. Ajoutez à cela un discours politique qui divise et qui inclut un président américain qui dénigre leur utilisation, quelques jours avant d’être lui-même diagnostiqué avec le COVID-19. « Les gens qui examinent les données comprennent différemment », explique Baruch Fischhoff, psychologue à l’université Carnegie Mellon de Pittsburgh, en Pennsylvanie, spécialisé dans les politiques publiques. « C’est légitimement déroutant. ”

Pour être clair, la science soutient l’utilisation des masques, des études récentes suggérant qu’ils pourraient sauver des vies de différentes manières : les recherches montrent qu’ils réduisent les chances de transmettre et d’attraper le coronavirus, et certaines études laissent entendre que les masques pourraient réduire la gravité de l’infection si les gens contractent la maladie.

cliquer ici pour lire l’article en entier

Les désaccords sur l’utilisation des masques divisent dans le monde. Masques « égoïstes », en tissu, double masque… Quel pays a raison et quel pays se trompe?

Les pays adoptent des mesures pour limiter la propagation du COVID 19, mais ils le font tous différemment. De nombreux français, qui partent en Espagne pour les vacances, se retrouvent par exemple dans un pays avec des restaurants et musées ouverts. Ils n’ont d’ailleurs jamais fermé depuis la fin du premier confinement. Idem pour les mesures en matière de masques: certains pays recommandent uniquement l’utilisation d’un masque chirurgical, tandis que d’autres comme la France ont abandonné l’idée d’interdire les masques fait maison. D’autres pays recommandent d’utiliser deux masques pour renforcer la protection. Pourquoi ces différences? Comment savoir qui a raison, et qui a tort?

Cliquer ici pour lire l’article en entier

15/02/2021 TOXICITÉ DÉMONTRÉE DES MASQUES FFP2 et type 2R – L’expérience de FRANCOIS DUCROCQ

14/02/2021 Le présentateur de télévision Mark Dolan a coupé un masque en direct : « Débarrassez-vous de ces masques pathétiques »

13/02/2021

12/02/2021

Cliquer ici pour lire l’article en entier

07/02/2021

Cliquer ici pour voir l’article en entier

06/02/2021

Cliquer ici pour voir l’article en entier

05/02/2021

Cliquer ici pour voir la vidéo

03/02/2021

Cliquer ici pour voir l’article en entier

Cliquer ici pour voir l’article en entier

01/02/2021 Les chiffres liés au Covid seraient 3 fois supérieurs à la réalité; Chine a caché la pandémie

31/01/2021 Conséquences graves du port du masque sur nos enfants ; la Chine veut dominer l’espace

24/01/2021

22/01/2021

Vu du Royaume-Uni.

Le port du masque FFP2 bientôt obligatoire en France ?

Cliquer ici pour lire l’article en entier

21/01/2021

19/01/2021 Covid-19 : le masque FFP2 obligatoire en Bavière

14/01/20212 Science du masque pour les nuls les Tailles

13/01/2021 Selon l’OMS, si vous n’avez pas de symptômes, inutile de porter un masque!

Film Novembre 2020 : Pour en finir avec le masque pour nos enfants, le film

31/12/2020 Les parents doivent prendre conscience

Lien vers l’article

29/12/2020 : dossier complet sur la nocivité des valeurs de CO2 sous les masques, fourni par l’ing. Dr Helmut Traindl en date de septembre 2020. c’est en allemand, mais vous pouvez les traduite le fichier est en pdf et en txt ci dessous.

Pour le lien en direct, cliquer ici

26/12/2020 : Port du masque obligatoire : l’arrêté de la préfète de l’Ariège retoqué par la justice

Les Ariégeois vont-ils pouvoir à nouveau respirer un peu mieux à l’extérieur ? Le tribunal administratif de Toulouse a ordonné ce jeudi la modification d’un arrêté préfectoral imposant le port du masque dans l’ensemble de l’espace public du département. À défaut, l’arrêté sera suspendu.

Le tribunal administratif de Toulouse a ordonné jeudi la modification d’un arrêté préfectoral imposant le port du masque dans l’ensemble de l’espace public du département de l’Ariège considérant qu’il constituait une atteinte aux libertés fondamentales.

Le juge des référés du TA de Toulouse, a estimé dans sa décision que s’est procurée l’AFP que l’arrêté du 15 décembre 2020 pris par la préfète de l’Ariège constituait une « atteinte disproportionnée portée à la liberté d’aller et venir et au droit de chacun au respect de sa liberté personnelle ».

24/12/2020 : Autriche : La cour suprême juge illégal le masque obligatoire à l’école et les cours en alternance

Deux enfants et leurs parents avaient fait appel devant la Cour constitutionnelle, faisant valoir que le masque obligatoire et les cours en alternance violaient le principe d’égalité, le droit à la vie privée et le droit à l’éducation

De quoi changer la rentrée de janvier ? En Autriche, certains écoliers avaient cours le lundi et le mardi et les autres le mercredi, le jeudi et le vendredi seulement. Ils devaient rester à la maison le reste de la semaine. Mais le port obligatoire du masque à l’école et l’enseignement en alternance, deux mesures prises par le gouvernement autrichien au printemps afin de tenter d’endiguer la pandémie de coronavirus, sont des dispositions « illégales », a estimé mercredi la Cour constitutionnelle.

« Pour faire face aux conséquences de la Covid-19 dans le système scolaire, un décret publié par le ministre de l’éducation en mai 2020 a ordonné que les classes soient divisées en deux groupes et enseignées alternativement à l’école », a écrit la Cour dans un communiqué.

Masques obligatoires et cours en alternance illégaux

« Dans sa décision publiée aujourd’hui, la Cour constitutionnelle a jugé que les dispositions contestées étaient illégales », ont fait savoir les juges. Deux enfants et leurs parents avaient fait appel devant la Cour constitutionnelle, faisant valoir que ces dispositions violaient le principe d’égalité, le droit à la vie privée et le droit à l’éducation.

« Le ministre n’a pas pu expliquer de manière compréhensible pourquoi il considérait les mesures contestées comme nécessaires », a détaillé la Cour.NOTRE DOSSIER SUR LE CORONAVIRUS

L’Autriche est gouvernée depuis janvier par une coalition entre les conservateurs et les écologistes. Le ministère de l’éducation est occupé par les conservateurs du chancelier Sebastian Kurz​.

Lien vers l’article de 20 minutes

23/12/2020 COVID: Sur l’utilité ou la dangerosité des masques

COUP DE GUEULE ! Les masques obligatoires fonctionnent-ils ? Notre analyse ci-dessous.
Nous avons examiné les cas où des masques obligatoires étaient en place par rapport à ceux où ils ne l’étaient pas. Nous avons calculé le nombre de cas par jour, ajusté en fonction de la population et :

AVEC UN MASQUE OBLIGATOIRE :
27 cas par jour pour 100 000 personnes

PAS DE MASQUE OBLIGATOIRE
17 caspar jour pour 100 000 personnes

Lien vers l’article en entier

19/12/2020 : La voix du Nord :

15/12/2020 ci joint le rapport du Sénat

15/12/2020 : Le SCANDALE Jérôme Salomon : masques, mensonges, pression et… silence

12/12/2020 : Ecoutez ces témoignages d’enfants, attention la vérité est dur.

12/12/2020 : Patrick Bellier, pneumologue anti-masque,
suspendu 5 mois !

11/12/2020 : Gestion des masques par Salomon : «Ça dit du système qu’il est pourri jusqu’à la moelle»

07/12/2020 :

06/12/2020 : UNE NEUROLOGUE ALLEMANDE MET
EN GARDE CONTRE LE PORT DU
MASQUE : « LA PRIVATION D’OXYGÈNE
PROVOQUE DES DOMMAGES
NEUROLOGIQUES IRRÉVERSIBLES »

29/11/2020 : La combativité de l’avocat Maître BRUSA de RÉACTION 19 sur YouTube commence à porter ses fruits avec les plaintes contre le Gouvernement MACRON mafieux FRANCO CHINOIS de l’inutilité du port du masque ! Bravo et continuons les plaintes en les déposant à RÉACTION 19

27/11/2020 : Les masques

18/11/2020 : Etude sur le danger de porter un masque

16/11/2020 : COVID 19 : le masque obligatoire est-il un risque pour la santé des enfants ?

11/11/2020 L’usage des masques est dangereux et cancérigène (Formaldéhyde & COV) : expérience pour le prouver

29/10/2020 : Des professionnels de santé posent un autre regard sur les masques.

Pourquoi le port du masque est il supportable en bloc opératoire Visite avec un professionnel

10/09/2020 : Le-masque-ne-sert-a-rien-declare-le-pneumologue-patrick-bellier-sur-cnews

08/09/2020 : Quand Macron manque de s’étouffer devant des lycéens… à cause de son masque

Olivier Veran il n’y a pas si longtemps

Il y a quelques mois

Canal + Les guignoles il y a 11 années