OMS

22/09/2021

15/09/2021

12/09/2021

Alors que l’Europe s’efforce toujours de faire face aux conséquences de la pandémie de Covid-19, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) met déjà en garde contre une nouvelle catastrophe dans un rapport sur lequel les experts travaillent depuis un an. “Une nouvelle pandémie est à venir, nous pouvons en être sûrs”, a-t-elle déclaré. Il nous appartient de déterminer si elle sera aussi dévastatrice que celle-ci, selon l’OMS

Cliquer ici pour lire la suite de l’article

08/09/2021

22/08/2021

15/08/2021

Le Parti Communiste Chinois (PCC) a « accepté » d’autoriser la mention de la théorie de la fuite du laboratoire, au motif qu’il n’a recommandé AUCUNE enquête de suivi.

Le responsable de l’enquête d’origine de l’Organisation mondiale de la santé sur le COVID-19 a admis que la Chine avait essentiellement donné des ordres à son équipe sur ce qu’elle devait écrire dans son rapport et l’avait autorisée à mentionner la théorie de la fuite du laboratoire, mais seulement à condition qu’elle ne recommande pas d’y donner suite.

Révélant ce qui constitue la preuve évidente d’une dissimulation, le Washington Post rapporte que le chef danois de l’OMS, Ben Embarek, a fait cet aveu après avoir également déclaré qu’il pensait que le patient zéro était un employé de l’Institut de virologie de Wuhan, où des expériences sur les coronavirus étaient menées.

M. Embarek a fait remarquer qu’une « erreur humaine » aurait pu entraîner la transmission du virus à l’homme, mais que « le système politique chinois ne permet pas aux autorités de le reconnaître. »

Embarek a commenté que « quelqu’un pourrait aussi vouloir cacher quelque chose ».

Cliquer ici pour lire l’article en entier

05/08/2021

02/08/2021

05/07/2021

30/06/2021

Cliquer ici pour lire l’article

28/06/2021

Cliquer ici pour lire l’article

26/06/2021

Cliquer ici pour lire l’article en entier

23/06/2021

Cliquer ici pour lire l’article en entier

19/06/2021

17/06/2021

13/06/2021

28/05/2021

Cliquer ici pour lire l’article en entier

21/05/2021

Cliquer ici pour lire la suite de l’article

Cliquer ici pour lire l’article en entier

19/05/2021

Reuters : Le chef de l’OMS estime que le monde est entré dans une phase d’ « apartheid vaccinal »

Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), s’exprime lors de l’ouverture de la 148e session du Conseil exécutif sur l’épidémie de coronavirus (COVID-19) à Genève, en Suisse, le 18 janvier 2021.

Le monde a atteint une situation d’ »apartheid vaccinal », a déclaré lundi le directeur général de l’Organisation Mondiale de la Santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

« Le grand problème est un manque de partage. La solution est donc de partager davantage », a-t-il déclaré lors d’un événement virtuel du Forum de Paris sur la paix.

Auparavant, il avait demandé aux fabricants du vaccin COVID-19 de mettre les doses à la disposition du centre de partage des vaccins COVAX plus tôt que prévu, en raison d’un déficit d’approvisionnement dû aux perturbations des exportations indiennes.

17/05/2021

Mardi, les médias ont publié une enquête prouvant que la haute direction de l’Organisation mondiale de la santé a été informée de multiples cas d’abus sexuels impliquant au moins deux de ses médecins pendant une épidémie d’Ebola au Congo en 2018.

Un contrat certifié par un notaire montre que deux membres du personnel de l’OMS ont signé un accord entre le docteur Jean-Paul Ngandu de l’OMS et une jeune femme qu’il aurait mise enceinte au Congo.

Cliquer ici pour lire l’article en entier

16/05/2021

Le Véritable ennemi derrière lequel de nombreux pays se cachent, ainsi que des médecins, les médias est l’OMS. Ainsi cette dernière a encore commandé un rapport corrompu approuvant à l’avenir les confinements !

C’est à dire qu’ils approuvent ce qui n’a pas fonctionné, qui a répandu la pauvreté et la maladie dans le monde entier, a mis en faillite les petites entreprises, la pratique même qui a démoralisé des multitudes dans la toxicomanie, les a enfermées chez elles et écrasé les marchés et les entreprises, et a abouti à la faillite des gouvernements eux-mêmes.

Pourtant par exemple Le Texas a ouvert complètement au milieu des avertissements de mort de masse imminente. Cela ne s’est pas produit . Les décès par habitant les plus élevés proviennent des États de verrouillage, et non des États ouverts. La Californie est fermée depuis un an, tandis que la Floride a ouvert tôt: mêmes résultats !

La Suède qui n’a jamais confiné a un meilleur bilan que la plupart des pays fermés en Europe. Taiwan est resté ouvert en interne et n’a eu presque aucun problème avec Covid. D’autres États de la région ont complètement fermé et n’avaient pas non plus de problèmes sérieux avec Covid. Il n’y a tout simplement aucune preuve que la destruction des droits de l’homme contrôle un virus. En outre, les pays et les États sans verrouillage ont préservé leurs économies.

Cliquer ici pour lire l’article en entier

15/05/2021

Cliquer ici pour lire l’article et voir la vidéo en entier

13/05/2021

Cliquer ici pour lire l’article en entier

06/05/2021

Cliquer ici pour lire l’article en entier

03/05/2021

Cliquer ici pour lire l’article en entier

21/04/2021

Ce lundi viennent d’être publiées les conclusions du comité d’urgence de l’OMS sur le Covid, et celui-ci indique que l’OMS n’est  pas favorable à un passeport vaccinal obligatoire pour les voyageurs internationaux.

Les experts recommandent de ne pas exiger de preuve de vaccination comme condition d’entrée pour les voyageurs internationaux «étant donné les preuves limitées (bien que croissantes) concernant la performance des vaccins sur la réduction de la transmission et étant donné l’inégalité persistante en matière de distribution mondiale des vaccins».

Cet appel intervient alors que de plus en plus de pays dont la France réfléchissent à la mise en place d’un passeport sanitaire pour les voyages, comme pour se rendre en salle de sport, au cinéma…une idée qui suscite en France de nombreuses critiques  en grande partie sur la protection des données concernant notamment le secret médical.

19/04/2021

Cliquer ici pour lire l’article en entier

16/04/2021

15/04/2021

Selon un article de Stuart Ramsay paru sur le site de Sky, le Dr Francesco Zambon déclare que cette affaire a diminué la capacité des gouvernements à réagir plus efficacement à la pandémie.

En Italie, les procureurs exhortent l’Organisation mondiale de la santé à les aider dans leurs enquêtes sur la réponse de l’Italie à la pandémie de COVID-19. A ce jour, l’OMS n’a répondu à aucune des séries de questions envoyées par le bureau du procureur de Bergame, l’une des communautés les plus durement touchées du pays.

Les enquêteurs sont particulièrement surpris que l’organisme de santé ait demandé au personnel de ne pas coopérer, affirmant qu’ils étaient sous couvert d’immunité contre les interrogatoires. Mais ils seraient allés encore plus loin en écrivant au ministère italien de la Santé pour les exhorter à dire aux enquêteurs de relâcher la pression sur l’OMS, selon des documents obtenus par les procureurs montrés à Sky News.

Cliquer ici pour lire l’article en entier

14/04/2021

Cliquer ci pour voir l’article en entier

08/04/2021

02/04/2021

27/03/2021

Origine du SARS-CoV-2 : le très sensible rapport de la mission à Wuhan se fait attendre

Sans cesse annoncé pour « la semaine prochaine » et sans cesse reporté, le rapport de la mission commune d’étude sur les origines du SARS-CoV-2 se fait attendre : plus de six semaines après la conférence de presse tenue à Wuhan pour en annoncer les conclusions saillantes, ni l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ni ses Etats-membres n’ont eu connaissance du texte.

Le 5 mars, le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, avait annoncé que l’expertise tant attendue serait publiée dans la semaine du 15 mars. Le 16 mars, un porte-parole de l’OMS faisait savoir que « le rapport sera[it] très probablement publié la semaine prochaine ». Trois jours plus tard, comme en réponse, le porte-parole du gouvernement chinois précisait sur les réseaux sociaux occidentaux : « Les experts chinois ont reçu la version anglaise du rapport le 17 mars. La publication du rapport la semaine prochaine dépend des discussions entre les experts chinois et internationaux. »

Cliquer ici pour lire la suite

22/03/2021

L’OMS confirme que le test Covid-19 PCR est invalide, les estimations des « cas positifs » sont sans fondement. Le confinement n’a aucune base scientifique

par Prof Michel Chossudovsky.

Le test du polymérase de transcription inverse en temps réel (rRT-PCR) fut appliqué par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) en date du 23 janvier 2020 afin de détecter le virus SARS-COV-2, suivant les recommandations d’un groupe de recherche en virologie (basé à l’hôpital universitaire Charité de Berlin), soutenu par la Fondation Bill et Melinda Gates. (Pour plus de détails, voir l’étude Drosten)

Exactement un an plus tard, le 20 janvier 2021, l’OMS se rétracte. Ils ne disent pas « Nous avons fait une erreur ». La rétraction est soigneusement formulée.

Alors que l’OMS ne nie pas la validité de ses « directives trompeuses » en date de janvier 2020, elle suggère néanmoins de « Retester », ce qui dans la pratique est une impossibilité.

La question litigieuse concerne le nombre de cycles de seuil d’amplification (Ct). Selon Pieter Borger, et al. :

« Le nombre de cycles d’amplification [devrait être] inférieur à 35 ; de préférence 25-30 cycles. En cas de détection de virus, > 35 cycles détecte uniquement les signaux qui ne sont pas corrélés avec le virus infectieux tel que déterminé par l’isolement en culture cellulaire… » (en anglais, Critique de l’étude Drosten)

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) admet implicitement un an plus tard que TOUS les tests PCR effectués à un seuil d’amplification (Ct) de 35 cycles ou plus sont INVALIDES. Mais c’est ce qu’ils ont recommandé au point de départ en janvier 2020, en liaison  avec l’équipe de virologie de l’hôpital Charité de Berlin.

Si le test est effectué à un seuil de 35 Ct ou plus (ce qui fut recommandé par l’OMS), les segments du virus SRAS-CoV-2 ne peuvent pas être détectés, ce qui signifie que TOUS les soi-disant « cas positifs » confirmés et enregistrés dans les bases de données au cours des 14 derniers mois sont erronés (n’ont aucune validité du point de vue scientifique).

Selon Pieter Borger, Bobby Rajesh Malhotra, Michael Yeadon, et al., le Ct> 35 a été la norme « dans la plupart des laboratoires en Europe et aux États-Unis ».

Vous trouverez ci-dessous la « rétractation » soigneusement formulée par l’OMS. Le texte intégral avec le lien vers le document original est en annexe :

Cliquer ici pour lire l’article en entier

TRIBUNE : Geert Vanden Bossche Ph.D est virologue indépendant et expert vaccinal, ancien employé chez GAVI et la Fondation Bill & Melinda Gates.

Ndlr : cette tribune est probablement le document le plus important à lire de ces derniers jours. Elle appelle l’attention de la population générale, des autorités de santé et des scientifiques. Nous avons décidé de la republier car elle liste certains points qui sont essentiels à évoquer, encore plus après la campagne de vaccination massive en Israël et la suspension du vaccin AstraZeneca par précaution.

A toutes les autorités, scientifiques et experts de la planète, ainsi qu’à la population mondiale.

Je suis tout sauf un antivaccin. En tant que scientifique je n’utilise habituellement pas de plateformes de ce type pour prendre positions sur un sujet lié aux vaccins. En tant que virologue et expert des vaccins je fais une exception uniquement lorsque les autorités de santé approuvent l’administration de vaccins d’une façon qui menace la santé publique, plus précisément lorsque les données scientifiques sont ignorées. La situation actuelle, extrêmement critique, me pousse à diffuser cet appel d’urgence. Etant donné l’ampleur sans précèdent des interventions humaines dans la pandémie de covid 19 qui risquent d’entrainer une catastrophe mondiale sans égal cet appel ne pourra donc pas être assez fort.

Cliquer ici pour lire l’article en entier

17/03/2021

La Chine dit à l’OMS qu’elle veut contrôler le système mondial de passeport vaccinal

La Chine communiste demande à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de la laisser construire un système mondial de surveillance des « passeports vaccinals », que le régime autoritaire affirme qu’il pourrait avoir opérationnel en l’espace d’une semaine s’il avait reçu le feu vert.

Le Parti communiste chinois (PCC) a déjà mis en place un système de passeport vaccinal en Chine, qui s’inscrit directement dans son système de notation de crédit social.

Les résidents de la Chine qui se font vacciner contre le coronavirus de Wuhan (Covid-19) sont en mesure de voyager et de faire des affaires comme « normal » au sein du système, tandis que ceux qui n’ont pas été jabbed sont interdits de telles activités jusqu’à ce qu’ils acceptent de se faire injecter.

Des « scores » numériques sont donnés aux résidents chinois en fonction de leur coopération avec l’ordre du jour du régime. Si le PCC approuve votre comportement, alors on vous donne un « score » plus élevé. Si vous dites de mauvaises choses sur le régime, alors votre score est diminué.

L’objectif de la Chine est d’étendre ce système de gouvernance et de contrôle dans le monde entier. Ceux qui se font vacciner contre le virus chinois recevront un passeport vaccinal « timbre » leur permettant de monter à bord des trains et des avions, tandis que ceux qui rejettent le jab sera dit de rester à la maison.

L’OMS a expressément demandé aux pays membres de ne pas construire un tel système parce que la disponibilité des vaccins n’est pas encore « équitable ». La Chine communiste, cependant, défie l’OMS et fait pression pour l’adoption mondiale de son système de passeport vaccinal.

Cliquer ici pour lire l’article en entier

13/03/2021

Ce n’est qu’après une analyse complète de la situation concernant la suspension du vaccin anti-Covid d’AstraZeneca par plusieurs pays européens, que l’OMS fera part de son avis et de «tout changement quant aux recommandations actuelles», a expliqué auprès de Sputnik un représentant de l’organisation.

Des experts de l’Organisation mondiale de la Santé étudient les annonces récentes de suspension du vaccin d’AstraZeneca par plusieurs pays européens, dont la Norvège et le Danemark, a fait savoir auprès de Sputnik un représentant de l’institution internationale.

«Une fois que l’OMS aura une compréhension complète des faits, l’organisation rendra publiques ses conclusions ou tout changement quant aux recommandations actuelles», a précisé l’interlocuteur de l’agence.

Mesure de «précaution»

Le 8 mars, l’Autriche a interrompu l’administration d’un lot d’AstraZeneca suite au décès d’une infirmière de 49 ans qui a succombé à de «graves troubles de la coagulation» quelques jours après avoir reçu ce vaccin. Deux jours après, une enquête préliminaire de l’Agence européenne des médicaments n’a établi aucun lien entre ces deux événements.

Quelques jours plus tard, le Danemark et la Norvège ont suspendu l’utilisation de ce vaccin «par précaution».

Dans la foulée, l’Estonie, la Lituanie, la Lettonie, le Luxembourg, Chypre, l’Islande et l’Italie ont également suspendu les vaccinations avec ce sérum, mais seulement avec un lot spécifique , livré dans 17 pays et comprenant un million de doses.

Selon les données communiquées le 9 mars par l’Agence européenne, au total, 22 cas de thromboses ont été signalés pour plus de trois millions de personnes vaccinées par le vaccin d’AstraZeneca dans l’espace économique européen.

AstraZeneca en France

En réagissant à la mesure prise par ces pays européens, Olivier Véran a affirmé le 11 mars lors d’une conférence de presse qu’il n’y avait pas de raison de suspendre le vaccin d’AstraZeneca en France.

Tout en soulignant que seul un petit nombre d’Européens avaient été victimes de possibles effets secondaires après l’administration de celui-ci, le ministre français de la Santé a estimé que l’analyse de ces cas n’a montré aucun lien de causalité avec la vaccination.

«D’après l’Agence nationale de sécurité du médicament, qui suit les recommandations de l’Agence européenne des médicaments, il n’y a pas lieu de suspendre la vaccination par AstraZeneca […]. Sur cinq millions d’Européens, 30 personnes ont présenté des troubles de la coagulation», a-t-il déclaré.

21/02/2021 Conflits d’intérêts: L’enquêtrice de l’OMS qui a écarté la piste du virus échappé du labo de Wuhan est aussi conseillère du PCC

Marion Koopmans, membre de la récente mission de l’Organisation mondiale de la santé pour découvrir les origines du COVID-19 en Chine, a été conseillère du Centre de contrôle et de prévention des maladies du Parti communiste chinois et a rédigé des études financées par des subventions soutenues par le gouvernement chinois

Cliquer ici pour lire l’ensemble de l’article

12/02/2021

06/02/2021

En conséquence, beaucoup d’entre elles commenceront leur traitement plus tard, lorsque leur maladie sera plus avancée et plus difficile à traiter, ce qui signifie qu’elles risquent davantage d’en mourir ou d’être handicapées.

Le Dr Hans Kluge, directeur régional de l’OMS pour l’Europe, a déclaré : « En raison des restrictions de voyage et de l’énorme pression exercée sur les systèmes de santé par la lutte contre le Covid-19, les services de cancérologie ont été perturbés dans toute la région, ce qui a considérablement retardé le diagnostic et le traitement et a eu un impact direct sur les chances de guérison ou de survie de centaines de milliers de patients atteints de cancer. »

De nombreuses autres personnes mourront dans les années à venir, notamment des cancers du sein et de l’intestin, pour lesquels les rendez-vous de dépistage ont été reportés, a-t-il déclaré.

Les commentaires du Dr Kluge font écho aux inquiétudes soulevées l’année dernière par les organisations caritatives de lutte contre le cancer au Royaume-Uni, qui ont déclaré que le fait d’exclure des patients au printemps conduirait à une bombe à retardement pour le cancer.

Cliquer ici pour lire la suite de l’article

La Chine exige que l’OMS recherche l’origine du coronavirus aux États-Unis

Cliquer ici pour lire l’article en entier

24/01/2021

Cliquer ici pour voir l’article en entier

13/01/2021 Selon l’OMS, si vous n’avez pas de symptômes, inutile de porter un masque!

11/01/2021

02/01/2020 Coronavirus: pour l’OMS, il faut dès maintenant se préparer à des pandémies encore pires (info du 28/12/2020:

L’Organisation mondiale de la santé a prévenu lundi que malgré la sévérité de la pandémie de Covid-19, qui a tué plus de 1,7 million de personnes et en a infecté des dizaines de millions d’autres en un an, il était urgent de se préparer «à pire».

«C’est une sonnette d’alarme», a prévenu Michael Ryan, le responsable de l’OMS en charge des situations d’urgence lors de la dernière conférence de presse de l’année de l’organisation qui est en première ligne dans le combat contre la pire pandémie depuis 100 ans.

Cliquer ici pour aller sur l’article

01/01/2020 : Cliquer ici pour aller à l’article

30/12/2020 Covid-19 : l’OMS prévient que
l’épidémie pourrait ne pas s’arrêter malgré les vaccinations

Les responsables scientifiques de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) affirment que l’épidémie ne sera pas endiguée par les campagnes de vaccinations et que le monde doit se préparer à vivre avec le Covid-19 de façon permanente. Explications.

C’est le professeur David Heymann, président du groupe consultatif stratégique et technique de l’OMS sur les risques infectieux, qui l’a affirmé hier, alors que les campagnes de vaccination ont débuté un peu partout dans le monde : « Le destin du virus est de devenir endémique ».

En termes moins techniques, cet expert estime que la circulation du Covid-19 ne s’arrêtera pas. Elle restera permanente sur la planète. D’autres spécialistes des maladies infectieuses de l’OMS ont eux aussi confirmé cette position pessimiste lors de la conférence de presse de l’institution internationale, ce 28 décembre 2020.

Cliquer ici pour voir l’article en entier

29/12/2020

Une fois de plus, l’OMS est intervenue pour faire des commentaires déroutants sur le vaccin contre le coronavirus, avertissant qu’il n’y a «aucune preuve que les vaccins préviennent la transmission» et que les personnes qui reçoivent le vaccin devraient continuer à porter des masques et à suivre toutes les directives en matière de distance sociale et de voyage. Ces commentaires ont été faits par Soumya Swaminathan, responsable scientifique de l’OMS, au cours de ce qui semble être une conférence de presse virtuelle tenue lundi

Un extrait de la phrase incriminée a commencé à circuler sur les médias sociaux :

«Pour l’instant, je ne crois pas que nous ayons les preuves de l’existence de ces vaccins, pour être sûrs qu’ils empêcheront les gens de contracter l’infection et de la transmettre»

Bien sûr, un examen attentif des recherches publiées par Pfizer et Moderna montre que les études n’ont pas réellement permis de vérifier si les vaccins empêchent réellement la transmission du virus ; le but des essais était de voir si les patients vaccinés présentaient des symptômes de COVID à un rythme nettement moins fréquent que les personnes qui n’avaient pas été vaccinées. C’est à peu près tout. Bien que les données puissent laisser entrevoir une diminution des taux de transmission, cela est apparemment encore à venir.https://platform.twitter.com/embed/index.html?dnt=false&embedId=twitter-widget-1&frame=false&hideCard=false&hideThread=false&id=1343610355201802240&lang=fr&origin=https%3A%2F%2Fexoportail.com%2Fun-scientifique-en-chef-de-loms-met-en-garde-aucune-preuve-que-le-vaccin-covid-nempeche-la-transmission-virale%2F&siteScreenName=ExoPortail&theme=light&widgetsVersion=ed20a2b%3A1601588405575&width=550px

Le médecin a poursuivi en expliquant qu’il n’y a pas de preuve que ceux qui ont été vaccinés ne seraient pas un risque s’ils se rendaient dans un pays étranger, par exemple en Australie, où les taux de COVID sont relativement faibles.

À ce stade, il pourrait être utile que l’OMS produise une sorte de clarification qui offre un contexte beaucoup plus large pour expliquer cette remarque troublante.

Mais nous pensons que ce ne sera pas le cas.

Pourquoi ? Eh bien, peut-être parce que ce contexte pourrait saper l’insistance de certains responsables gouvernementaux qui affirment qu’il n’y a absolument aucune raison de mettre en doute l’efficacité et les effets secondaires potentiels (à long terme et à court terme) liés aux nouveaux vaccins COVID-19.

Lien vers l’article : https://exoportail.com/un-scientifique-en-chef-de-loms-met-en-garde-aucune-preuve-que-le-vaccin-covid-nempeche-la-transmission-virale/

21/11/ 2020 : Covid-19 : l’OMS recommande de ne pas utiliser le remdesivir pour traiter les malades

10/08/2020 l’OMS indique que le Covid19, est moins dangereux que la grippe saisonnière

Grippe H1N1, l’OMS a-t-elle menti?

En ces périodes troublées il est parfois nécessaire de faire un retour en arrière et de se souvenir des évènements passés.

« Oublier le passé, c’est se condamner à le revivre.» « Une civilisation qui oublie son passé est condamnée à le revivre.» avec une attribution à divers auteurs : Karl Marx – Primo Levi, Winston Churchill, George Santayana et même des internautes ! Cette citation est donnée presque toujours sans référence ou source…

Néanmoins cette citation est actuellement en totale adéquation avec les évènements que nous vivons en ces temps présents. C’est pourquoi je vous propose une vidéo de TF1 datant de février 2010.

Déjà en 2009-2010 l’OMS avait déclaré une fausse pandémie. C’est ce que montre ce reportage diffusé au 20 H de TF1.

A l’époque l’affaire avait été dénoncée. Le virus n’était pas virulent et l’OMS avait abusé-ment et discrètement  changé les critères nécessaire à la déclaration d’une  pandémie.

Dix ans plus tard a-t-on encore affaire à une manipulation de la notion de pandémie?

« En 2010 l’OMS indique qu’une grippe saisonnière fait entre 250 000 à 500 000 morts »